5 - Les Trente Glorieuses

Après la seconde guerre mondiale, l'archiviste en chef René Gandilhon insiste sur la nécessité de réaménager le bâtiment de 1866, compte tenu de  l'accroissement constant des collections. Malgré les améliorations apportées avant guerre, le dépôt d'origine a conservé ses rayonnages en bois de 9 mètres de haut, ce qui rend les manutentions dangereuses.

 

Des modifications importantes sont réalisées entre 1947 et 1949, d'après les plans de l'architecte Beaumet. Le financement s'élève à environ 13 millions de francs. Le choix est fait de poser trois planchers de béton. On installe aussi des rayonnages métalliques, augmentant la capacité de stockage de 1,5 kilomètres linéaires. Le gain de place reste modeste mais la sécurité, du personnel et des archives, est grandement améliorée. L'utilisation de béton et de métal, par exemple, réduit les risques d'incendie.

 

Cependant, le manque de place reste un problème récurrent. Dès 1959, un nouveau projet d'extension est envisagé, qui ne verra pas le jour. On élève alors les rayonnages et on réduit la largeur des allées, ce qui permet de gagner encore 2 kilomètres linéaires. Enfin, le Conseil général décide de construire un centre annexe à Reims, qui ouvre en 1967. Il peut alors accueillir 6 kilomètres linéaires de documents, ce qui porte la capacité totale de stockage des Archives départementales de la Marne à 21 kilomètres.