3 - L'aménagement d'une salle de lecture

Un  projet de 1862 prévoit un « pavillon de l'archiviste » avec un bureau et une salle du public. En 1865, d'autres projets sont étudiés, dont celui d'un pavillon avec des bureaux et un logement pour un concierge, placé à l'est ou au sud du bâtiment en construction. Mais la commission compétente du Conseil général donne un avis défavorable, estimant que l'on peut suppléer l'absence de bureaux dans le bâtiment en attribuant à l'archiviste trois pièces dans la Préfecture.

 

Durant 20 ans, la construction d'un pavillon annexe fait débat entre le Préfet et le Conseil général. Pendant ce temps, le dépôt reste dépourvu de toute surveillance et l'archiviste doit traverser la rue par tous les temps pour apporter les documents au sein des bureaux situés dans la Préfecture. A partir  de 1874 la question est évoquée chaque année, et des projets présentés, mais ajournés systématiquement faute de moyens. Ce n'est qu'en 1881 que le Conseil général accepte, pour 12 000 francs, la construction à l'arrière du bâtiment d'une bâtisse composée de deux pièces : un bureau pour l'archiviste et une salle de lecture pour recevoir le public.

 

Achevé en 1882, ce petit pavillon apporte un confort indéniable au travail de l'archiviste et permet d'accueillir du public. Mais, dépourvu de logement, il ne règle pas le problème de la surveillance du dépôt. Néanmoins, afin de sécuriser le bâtiment, on termine la construction d'une clôture en fer forgé commencée en 1866.